Vous êtes ici : Accueil > Dossiers > L’accueil > Organiser l’accueil des élèves : Créer un contexte favorable
Publié : 29 juillet 2011

Organiser l’accueil des élèves : Créer un contexte favorable

Les jeunes enfants communiquent tout autant avec leur corps, leurs mimiques, qu’avec la parole dans leur milieu de vie habituel où la connivence facilite l’intercompréhension.

L’entrée à l’école implique des changements importants dans leur système de communication.
- Ils doivent apprendre à être attentifs à ce que disent les adultes lorsque ceux-ci s’adressent à eux mais aussi lorsqu’ils parlent à un groupe ou à la classe réunie.
- Ils doivent apprendre à exprimer autrement ce qui était compris par des adultes familiers et qui ne l’est plus dans ce nouveau cadre.
- Ceci peut demander plusieurs semaines, voire plusieurs mois pour certains enfants.

L’accueil est déterminant
- Le tout petit enfant qui franchit pour la première fois la porte de l’école doit percevoir qu’il est attendu et considéré comme une personne, à part entière. C’est à cette condition qu’il prendra progressivement toute sa place dans des situations de communication.
- Il faut qu’il trouve très vite des repères et des réponses en actes et en mots qui lui permettent de comprendre ce qu’il peut et ne peut pas faire, ce qui est attendu de lui.
- La rupture inévitable – même si elle est moins forte pour ceux qui ont vécu un accueil collectif ou/et dont les parents se comportent sur le plan du langage comme l’enseignant – doit être accompagnée afin qu’elle soit surmontée sans traumatisme.

L’enfant sera d’autant plus à l’aise qu’il aura des preuves d’une confiance réciproque entre l’école et sa famille.
- L’enseignant et les parents se parlent devant un enfant témoin d’échanges qui le concernent ; les aînés sont aussi invités, surtout quand ils ont fréquenté les mêmes lieux et peuvent eux aussi devenir des médiateurs pour initier à ce nouveau statut.
- Au jour le jour, l’accueil individualisé de chacun crée chez lui le sentiment d’être reconnu comme personne unique.
- L’enfant peut alors, persuadé que les adultes savent qu’il est là, se sentir en sécurité, à tous niveaux, affectivement et physiquement, dans ce lieu où, « séparé », il n’est pas tout seul.

Le langage à l’école maternelle. Ressources pour faire la classe © MENJVA-DGESCO / CNDP Mai 2011