Publié : 9 février 2012

Les livres à compter

L’album à compter et l’apprentissage du nombre à l’école maternelle.

« La maternelle constitue une période décisive dans l’acquisition de la suite des nombres (chaîne numérique) et de son utilisation dans les procédures de quantification ».

À la fin de l’école maternelle, l’élève doit être capable de :
• comparer des quantités ;
• résoudre des problèmes portant sur les quantités ;
• mémoriser la suite des nombres au moins jusqu’à 30 ;
• dénombrer une quantité en utilisant la suite orale des nombres connus ;
• associer le nom de nombres connus avec leur écriture chiffrée.
BO 19/06/2008

Compter peut prendre plusieurs formes (pointage, comparaison de collections par correspondance terme à terme ou reconnaissance globale, notamment pour les petits nombres) et fait appel à différentes tâches cognitives (perception, mémorisation, coordination...).

Dénombrer représente un savoir-faire qui s’appuie sur des connaissances multiples sur le nombre.

Le comptage s’appuie sur 5 principes :
- la correspondance terme à terme (associer un élément de la collection à dénombrer à un mot-nombre),
- la stabilité de la suite des nombres (la connaissance de la comptine numérique est stable et correcte),
- le principe cardinal (le dernier mot-nombre prononcé représente le nombre d’élément dans la collection),
- l’indifférence de l’ordre (le comptage peut se réaliser dans n’importe quel ordre sans incidence sur le résultat),
- l’abstraction (la nature des éléments de la collection n’a aucune influence sur le cardinal de l’ensemble.)

Les différentes représentations du nombre
On distingue deux grandes catégories de représentations des nombres :
• les représentations analogiques, ou collections-témoins, mettent en évidence, la quantité représentée par tous les éléments de la collection mis en correspondance terme à terme. Par exemple, on utilise un pion pour représenter chaque objet, ou bien on lève un doigt pour chaque objet.

• les représentations numériques
Les représentations numériques font appel à des symboles, choisis arbitrairement.

Les principales caractéristiques des livres à compter
Dominique VALENTIN, définit le livre à compter comme « tout livre qui amène les enfants à compter, à dénombrer des objets, des animaux, des personnages… ».
Dominique VALENTIN, « Livres à compter », revue « Grand N » n°52,1992

Il existe de nombreux types de livres à compter et Dominique VALENTIN propose quelques critères de classification :

- le domaine numérique
Les nombres varient très souvent de un à dix : « Il n’y a plus de dodos » de A. Wallwork, « Les dix petits harengs » de W. Erlbrunch.
Certains albums proposent un domaine numérique plus réduit, jusqu’à 5 ou 7 : « Cinquième » de E. Jandl, « Sept souris dans le noir » par Ed Young.

- le contexte
Les nombres rencontrés sont presque toujours dans un contexte cardinal (c’est-à-dire qu’ils représentent des quantités), comme par exemple dans « Douze vœux de Noël » de D. Duntza
Il existe cependant des livres dans lesquels les nombres désignent aussi des rangs (contexte ordinal) « Cinquième » .

- la croissance ou la décroissance
La plupart des albums proposent une suite croissante de un en un, ce qui signifie qu’à chaque nouvelle page la quantité augmente d’une unité, par exemple : « Maman » de M.Ramos. Mais il existe aussi des albums dont les collections décroissent comme « 10 petits amis déménagent » Mitsumasa Anno.

- les désignations
Dans la plupart des livres, les nombres apparaissent en lettres et/ou en chiffres et parfois les constellations du dé sont présentes, ainsi que les doigts de la main comme dans l’album « Les chiffres de Balthazar » de Marie-Hélène Place.

Cependant, il existe des livres à compter dans lesquels les nombres n’apparaissent pas : on ne trouve alors que des collections d’objets à dénombrer : « Un mouton trop bien réveillé » de K.Kitamura .

- le récit
Un livre à compter ne raconte pas toujours une histoire et le texte n’est pas toujours présent. S’il y a une histoire, celle-ci est souvent très simple et très courte. Il existe aussi des imagiers.

Documents joints